Ma Photo

Politique (en marge du "jité" de TF1)

  • AgoraVox
    Le média citoyen
  • Bakchich Info
    Scoops, informations, enquêtes et mauvais esprit.
  • BondyBlog
    Parce que la sphère du politique ne s'arrête pas aux limites de Neuilly-sur-Seine, à quelques bâtiments officiels de la capitale et au Fouquet's.
  • Contre journal
    Les informations ou les débats occultés ou chassés de l'actualité
  • Ipol
    Pour vous aider à y voir clair dans la pro- et la con- fusion des images d'actualité, tant il est vrai qu' "en politique, ce qu'il y a de plus difficile à apprécier et à comprendre est ce qui se passe sous nos yeux" (citation d'Alexis de Tocqueville mise en exergue sur la bannière du site).
  • Rue89 | Votre révolution de l'info
    Une autre manière de traiter l'information.

Liens d'estime

  • A Miami
    Sous la plume désenchantée de Jean-François Chénin, les reflets du temps qui passe sur des décors de pacotille
  • A nos enfants (Fanny Grangier)
    Le regard intelligent, sensible et enthousiaste d'une jeune femme à l'attention de toutes celles et tous ceux qui veulent un monde meilleur pour leurs enfants.
  • Anecdote
    L'art et la manière de raconter des histoires (ENG)
  • Art et caetera
    Tout ce qu'il faut voir à Paris... sous l'oeil perçant et la plume subtile de Claire
  • Blablablog
    Furieusement littéraire et terriblement éclectique
  • Fragments de géographie sacrée
    Sous la houlette de Robin Plackert, découverte de chemins de traverse en pays berrichon et marchois, avec escapades toujours possibles, digressions poétiques et littéraires toujours à craindre...
  • Haruki Murakami
    Epoustouflant et hallucinant.
  • La France vue d’ailleurs
    Si vous pensez qu'en France, notre vision du monde est trop empreinte d'esprit de clocher ("parochial", diraient les Britanniques) ou que nous sombrons dans la schizophrénie absolue à force de regarder les circonvolutions de notre nombril, allez faire un tour sur ce blog. C'est rafraîchissant, parfois inquiétant, mais toujours à propos. Ou comment l'art de changer de point de vue au sens littéral, physique, du terme, permet d'élargir la vision d'ensemble et l'espace des possibles... Stimulant !
  • La Troisième Voie, par Marc Traverson
    Développement personnel et professionnel sur les traces du grand Milton Erickson : riche, éclectique et subtil.
  • Le blog d'Hélène Wolff-Eugène
    Un plaisir de blog où les billets de (bonne) humeur le disputent aux dictons populaires, aux recettes savoureuses ou à la recherche d'anagrammes... Que du bonheur !
  • Le Monolecte d'Agnès Maillard
    Eclectisme et fraîcheur d'esprit
  • L’improvisation, c’est la vie !
    Jouer sa vie en public, la mettre en scène, se multiplier à l'envi en fonction des différents rôles que vous souhaitez assurer... Hétéronymes : dérouler son existence avec légèreté, détachement, un sourire aux lèvres.
  • Nathalie Bouyssès
    Nathalie est une amoureuse de l'Italie. En exergue de sa page personnelle, il y a cette citation : "Vous pouvez garder le monde entier, si je peux garder l'Italie" (Guiseppe Verdi). Au détour de ses pages, vous rencontrerez aussi l'un de mes auteurs préférés : Erri De Luca.
  • Photographies d'art (Arnaud Frich)
    Quand l'image sacrée est belle c'est l'imagination qui est profanée...
  • Traces Ecrites
    Littérature, poésie et amour de Marseille

Stylé

  • Alayaya (Sauvons la Terre)
    Vue de Châteauroux, la terre est ronde, jolie et souriante.
  • Blogosapiens (Isabelle)
    Humain & humaniste. Une petite lumière pour quitter les rivages de l'intranquillité et entamer la navigation hauturière vers la sérénité et l'accomplissement de soi.
  • Bulle de Papier (Ardalia)
    La bio de l'éditorialiste en dit long sur ses intentions : "Je suis... et c'est déjà pas mal."
  • Confidences de blonde
    Ephéméride sans ride : la vie au jour le jour d'une adorable blonde au grand coeur. Suivez Miss Léna dans ses oeuvres...
  • Deedee
    La vie trépidante et truculente d'une parisienne à Paris. Des conseils précieux aussi pour ne pas sortir idiot dans la capitale...
  • Florence
    Sourire de femme, poésie et fraîcheur se rencontrent...
  • Jorkyball Normand
    Un nouveau sport pour se défouler entre amis, un nouvel endroit où s'amuser à Caen. Sans parler de l'accueil toujours souriant de Julie et Franck. A ne pas manquer si vous êtes dans les parages.
  • Le Journal de Ray Dacteur
    Plein la vue, plein les oreilles... avec une bonne dose d'humour en prime. Pour votre plus grand plaisir !
  • Les mots ont des visages (Joël Guenoun)
    Jeux de mots et d'écriture
  • Les pitchounous
    Bien sûr, il n'est pas souvent mis à jour ce blog. Mais, bon, les pitchounous, ils font ce qu'ils veulent quand bon leur semble...
  • Lulu in the tube
    Déambulations d'une jeune compatriote dans les Iles Britanniques. Très belles photos, impressions délicates cueillies sur le vif. "Stylé", en somme.
  • Sandra
    Sans drap... ni couverture : les tribulations de Sandra, institutrice à Bordeaux. Rires d'enfants et questions d'adulte.
  • Sélian
    Un parfum d'Espagne dans un monde sans frontières.

Economie de l'immatériel

  • Bertrand Duperrin (Français... mais avec une version en anglais, as well)
    Pour découvrir les mutations sociétales induites par la dissémination des nouvelles technologies et notamment ce que le "Web 2.0" va changer dans notre manière d'échanger avec les autres.
  • Chris Anderson (The Long Tail - English)
    L'un des concepts les plus novateurs de l'économie de l'immatériel. Maintenant que les marchands ne sont plus contraints par la disponibilité d'espace pour vendre leurs produits, les consommateurs voient leur liberté de choix s'élargir. Et ils s'en donnent à coeur joie. Sus à la tyrannie des hits ! A nous les éditions limitées, incunables, épreuves rares. Si vous ne voulez pas rester à la traîne de cette révolution en marche, je vous invite à faire un tour ici.
  • Claude Aschenbrenner (SerialMapper - Français)
    La carte n'est pas le territoire. Certes. Mais elle dit tant de choses sur notre façon de nous représenter le monde. Un délice.
  • Collectif de créateurs d'entreprises en série (Entreprise facile - Français)
    Vous voulez échapper à la tyrannie du salariat ? Vous vous défiez des slogans de gauche (le "travaillez moins pour que plus parmi nous travaillent" de Mme Aubry) ou ceux de droite (le désormais célèbre "Tavaillez plus pour gagner plus" de M. Sarkozy repris en écho par Mme Lagarde) ? Vous avez envie de *** CREER *** votre entreprise ? Alors, c'est ici que ça se passe : le vade mecum indispensable pour les candidats à la création d'entreprise et un excellent site de référence pour ceux qui ont déjà fait le pas.
  • Emmanuelle Chen-Huard (Cajou)
    Dans l'économie de l'immatériel, la technique veut systématiquement occuper le haut du panier. Dans sa pratique du journalisme & de la communication, Emmanuelle sait toujours la remettre élégamment à sa place pour replacer l'homme au centre des débats.
  • Garr Reynolds (English)
    Je ne sais pas vous, mais moi, je suis chaque jour affolé de voir combien les compétences dans l'art de présenter ont du mal à se répandre dans le corps social. Les technologies censées nous aider (PowerPoint et cie) n'y changent pas grand chose. Pire, on dirait que leur utilisation agit comme un amplificateur des lacunes. Ces dernières deviennent criantes. Alors si vous voulez confronter vos pratiques aux considérations d'un expert, faites un petit tour par ici.
  • Guy Kawasaki (How to Change the World - English)
    Quand on a été aux commandes du marketing aux côtés de Steve Jobs lors du lancement du Mcintosh et qu'on a participé en tant que capital-risqueur au lancement de nombre de sociétés dans la Silicon Valley, fatalement on a des choses intéressantes à raconter...
  • Jacques Froissant (Français)
    Le registre de ce qui bouge dans la high-tech en France. Un observatoire aussi des opportunités de travail qui en découlent.
  • Jean Michel Billaut (Français)
    Pas besoin d'avoir 20 ans pour être un "as" des nouvelles technologies. La preuve.
  • Jean Véronis ("Technologies du Langage" en français)
    La vision de l'universitaire, bien ancrée sur la réalité.
  • Kathy Sierra (Create Passionate Users - English)
    Une vision iconoclaste et rafraîchissante sur les nouvelles règles de bon comportement dans l'économie de l'immatériel
  • Nouvelles tendances, technologie, innovation (Yoann Derriennic)
    "Stay hungry, stay foolish" (Steve Jobs, en 2005 devant un parterre d'étudiants de Stanford)
  • Vanina Delobelle (Français)
    L'économie de l'immatériel vécue sous toutes ses coutures - avec quand même une dominante marketing.

Avis à la population

  • Creative Commons License
    Sauf notification contraire, les contenus présents sur ce site sont mis à votre disposition selon les termes d'un contrat Creative Commons.

« 20 / 43 / 37 | Accueil | Existe-t-il un érotisme caché de la trigonométrie ? »

30/07/2007

Commentaires

Naibed

A PROPOS DE "PERSEPOLIS"
---------------------------

Un de mes principes féministes, c'est qu'il faut pouvoir se frotter les yeux au papier de verre quand c’est nécessaire, pour voir la réalité en face. Un autre, c’est qu’une désinformation est une désinformation, et qu’il faut la dénoncer de la même manière, qu’elle soit répercutée sciemment, ou involontairement, par une personne de bonne foi (ceci pour que vous ne preniez pas les commentaires que vous allez lire pour une attaque personnelle).

1. Le film
-------------
1.1. Comment vous dire ça ? …il suffit de voir cette bande annonce pour se rendre compte que ce film est une guimauve complètement édulcorée et niaise de la réalité en Iran, une guimauve qui accumule clichés et désinformation gnangnan.
Rien que la scène surréaliste avec la réplique de la femme voilée aux policiers – bien polis et bien policés, avec des barbes bien propres et bien soignées - qui lui disent d’arrêter de courir parce qu’on voit ses formes et à qui elle rétorque « Et bien, vous n’avez qu’à pas regarder mon cul » est …du plus haut ridicule !!

Jamais, au grand *jamais*, une telle scène ne se passerait ainsi en Iran : les policiers ont des barbes à l’islamique, comme les mollahs, et si une femme se mettait à courir, ils fonceraient avec leur voiture, et l’intercepteraient avec violence, pour l’embarquer sous une pluie de coups. Et jamais, une femme voilée oserait élever, ne fut-ce que, l’ombre d’une protestation.

Vous saisissez le décalage entre la réalité et ce que Marjane Satrapi nous donne à voir ?

1.2. Mais ce film n’est pas seulement une guimauve, ce film est une *vraie infection*, une infection des esprits sciemment voulue, comme la BD, dans un but d’INTOXICATION, celui de diffuser de l’Iran une fausse image, une image édulcorée gaucho-gnangnan, certes un peu dure (parce que sinon, même les gogos n’y croiraient pas), mais finalement pas si terrible que ça.
Une image « acceptable » qui tend à faire croire que les imams en Iran ne sont pas si terribles que ça, que ce ne sont pas des brutes ignobles, et qu’ils ne peuvent – en aucun cas - être assimilés à ces /horribles/ talibans (alors que, dans les faits, ce sont des brutes incroyablement cruelles, et, à bien des égards, tout autant, sinon pire que les talibans). Que les femmes voilées (rappelons que Satrapi est pour le voile) jouiraient quand même d’une certaine liberté d’expression ( ne rigolons pas, SVP !), etc. etc.

Bref, Satrapi s’acharne à gommer – systématiquement - les aspects les plus dérangeants et les plus glauques de l’islam en Iran : les lapidations à répétitions, les pendaisons (où on laisse pourrir les cadavres en place publique pour édifier le peuple), les exécutions d’homosexuels, les mains et pieds coupés de ceux qui sont surpris à pratiquer une autre religion que l’islam, la pédophilie institutionalisée, le mariage de fillettes de neuf an (âge légal en iran depuis Khomeiny), etc etc


22.05.2007 Iran : Marjane Satrapi et sa Bridget Jones voilée
http://www.iran-resist.org/article3458

22.06.2007 Iran : Persépolis et l’être persan
http://www.iran-resist.org/article3557

27.06.2007 Iran : Les perles de Marjane Satrapi, auteur de Persépolis
http://www.iran-resist.org/article3573

28.06.2007 Iran : Persépolis, Satrapi, France Inter, un partenariat payant
http://www.iran-resist.org/article3576


2. Marjane Satrapi et la désinformation « bobo » gaucho-gnangnan
--------------------------------------
2.1. Rien de tel que de visionner l’interview dans le dernier lien que je rappelle ci-après, pour découvrir quel personnage vénal, veule, vulgaire, et indifférente, pour ne pas dire à mille lieues d’une réelle compréhension – pour ne même pas parler de compassion - des problèmes des femmes en Iran de cette soi-disant « opposante » d’opérette !


28.06.2007 Iran : Persépolis, Satrapi, France Inter, un partenariat payant
http://www.iran-resist.org/article3576

Extraits :
------------
Dans cette vidéo, Satrapi, entre deux gorgées de coca-cola et deux rires gras, déblaterre sur la laideur de l’identité nationale. Elle rit et s’amuse, aucun iranien ne peut se comporter ainsi quand il sait que ses compatriote souffrent en Iran sans rien posséder, sans aucun accès aux joies les plus gratuites.
Son language du corps est blessant car les iraniens attendent de leurs compatriotes exilés qu’ils parlent à leur place et racontent leur calvaire et non qu’ils oublient de mobiliser les occidentaux pour les soutenir, qu’ils agissent comme si de rien n’était et qu’en plus qu’ils salissent leur seul rempart contre la barbarie, cette identité nationale vieille de plusieurs milliers d’années.
Elle n’est pas la porte-parole des iraniens, elle ne ressent rien pour l’Iran ou pour les iraniens. Son récit sert à dédouaner le régime et prétendre qu’en Iran on peut aller à la piscine donc tout va bien.
En sortant de Persépolis, vous ne serez pas tétanisés au point de vouloir demander à Bernard Kouchner de ne pas accepter de rencontrer un représentant du régime des mollahs.
Pourtant vous le devriez car là-bas on a dépénalisé le viol et la pédophilie. Là-bas on lapide, là-bas on pend les prisonniers dans la rue et on les laisse devant les yeux des enfants. Là-bas on vend ses organes pour survivre. Là-bas on vend ses enfants à des pédophiles. Là-bas on se défonce pour oublier toutes ces horreurs.
Mais en sortant de Persépolis, vous n’en saurez rien, brave peuple de gauche.

2.2. l’ « opposante » Starapi : un écran de fumée

Satrapi – qui a tenté de se bidonner un faux passé d’opposante (en fait, elle ne connaît rien à l’iran) - est le genre d’ « opposante » d’opérette dont le régime iranien raffole. Au point de les créer lui-même, au besoin, comme l’ancien président Khatami, soi-disant « réformateur », Shirin Ebadi, la « prix Nobel de la paix et du mensonge caractérisé », etc. etc. En fait, le régime iranien crée lui-même ses « opposants » des opposants légers, et finalement bien dociles, qu’il peut balancer à l’occident, comme des hochets, et qui lui permettent, pendant ce temps, de faire taire et de museler les véritables opposants, ceux qui dénoncent la *véritable* réalité.

25.05.2007 Iran : Marjane Satrapi aime rire
(ou la « réalité de Satrapi » confrontée à la *véritable* réalité)
http://www.iran-resist.org/article3469

Etc. etc.

Jean-Marc à Naibed

Naibed,

Merci pour votre commentaire, qui aura eu le mérite de ne pas me laisser indifférent. Voire, il m'aura plongé dans la plus profonde perplexité.

En tout premier lieu, vous êtes la première personne à avoir posté un commentaire aussi long sur ce blog depuis sa création il y a 2 ans. Cela mérite en soi un coup de chapeau.

Mais surtout, votre commentaire reflète une colère vive qu'il ne m'a jamais été donné d'observer dans ces colonnes. Si je vous ai bien comprise, vous dénoncez le côté "guimauve" de "Persepolis", qui donne une image bien fade des atrocités du régime en place. Vous allez jusqu'à évoquer le caractère ** empoisonné ** de ce film, car selon vous il renvoie une image presque acceptable de la vie à Téhéran. Ce faisant, toujours si je vous ai saisie, il apporte une caution inattendue à un régime politique odieux, inacceptable lui, au regard des violations les plus graves commises chaque jour aux principes les plus sacrés des droits de l'Homme.

Vous ai-je bien lue ?

A ce stade, je me pose pourtant la question suivante : y avait-il une quelconque visée politique dans "Persepolis" ? Marjane Satrapi a-t-elle voulu porter sur les écrans un "message" politique ? Dans mon regard naïf -- de bobo/gaucho/gnangnan, peut-être ;-) -- il m'a semblé que le thème principal du film "Perspepolis" était tout simplement... Marjane Satrapi elle-même ! Du seul fait de ce renversement de perspective, la situation politique en Iran n'était au mieux qu'un simple "élément de décor". En clair, je n'ai pas vu (et c'est peut-être là l'un des reproches les plus cuisants que vous pourrez faire à "Persepolis" et à Marjane Satrapi) la moindre intention politique dans le film.

Je me souviens avoir vu "Une journée particulière" d'Ettore Scola avec mes parents quand j'étais jeune ado. Ce n'est qu'à la fin du film que j'ai compris avec mes yeux de grand gamin mal dégrossi que cette histoire d'amour improbable entre Sofia et Marcello n'avait pu avoir lieu que parce que tous les autres occupants de l'immeuble étaient allés acclamer le Duce en ville. Le contexte politique comptait donc ; il était là comme un décor. Pour autant, quel était le propos de Scola : nous plonger dans l'univers emberlificoté mais délicieux de nos désirs d'amour interprétés par deux acteurs d'exception ou dénoncer le régime fasciste - ne serait-ce qu'à travers l'opprobre que ce dernier, dans l'expression brutale et continuelle des vertus de la virilité, jetait sur l'homosexualité masculine ?

Pas plus tard que ce matin, j'ai lu une histoire qui m'a aussi immédiatement renvoyé à votre commentaire. Elle est racontée par Amartya Sen, le prix Nobel d'économie, dans son livre intitulé "Identité et violence". Amartya Sen évoque un moment de sa jeunesse à Cambridge lorqu'il était allé voir "Fenêtre sur cour" d'Hitchcock avec un ami. Vous savez, ce film où James Stewart, condamné provisoirement à l'immobilité, observe de sa fenêtre l'enchevêtrement improbable d'événements autour d'un crime horrible. L'ami d'Amartya Sen, fin théoricien, lui expliqua durant la projection que ce film n'avait rien à voir avec un "polar", mais qu'il s'agissait en réalité d'une dénonciation féroce du maccarthysme, encourageant les gens à observer avec suspicion les activités de leurs voisins. Comme le révèle Amartya Sen dans son livre : "Une telle critique, je le voyais bien, aurait pu donner un film d'une grande profondeur, mais je me demandais vraiment si c'était bien là la clef du film que nous étions en train de voir". Plus loin, il souligne avec un rien d'ironie : "Plus tard, je me souviens d'avoir fait une bonne tasse de café noir [à mon ami], pour qu'il se réconcilie avec ce monde trivial dans lequel les meurtriers sont démasqués".

N'y a-t-il pas une grille de lecture de "Persepolis" qui s'arrête aux seules tribulations & péripéties d'une jeune fille iranienne de bonne famille ?

Bien à vous

Jean-Marc

Naibed

[J.M. Bellot] > Vous ai-je bien lue ?

[Naibed] > Oui.

[J.M. Bellot] > Y avait-il une quelconque visée politique dans "Persepolis" ? Marjane Satrapi a-t-elle voulu porter sur les écrans un "message" politique ?

[Naibed] > Oui. Et Iran-Resist, une des sites des véritables opposants à l’Iran et également un source très fiable d’informations (e.a. parce qu’elle en reçoit de première main par ses filières en Iran, et parce qu’elle recoupe soigneusement toutes se »s informations) n’aurait pas fait un dossier aussi étoffé sur Satrapi et ses complices si ça n’avait pas été le cas. Je vous avais fournis quelques liens révélateurs. Il y en a d'autres.

[J.M. Bellot] > Dans mon regard naïf [...]il m'a semblé que le thème principal du film "Perspepolis" était tout simplement... Marjane Satrapi elle-même !

[Naibed] > Non. D’abord, son histoire personnelle de « princesse rouge » est complètement bidonnée. Tiens, encore un lien vers Iran-Resist (vous n’avez apparemment pas lu les autres, mais bon …sait-on jamais, vous lirez peut-être celui-ci).
http://www.iran-resist.org/article3590

Ensuite, elle fait partie de toute la clique de pseudo « opposants » qui servent de Grand Guignol au régime de Téhéran (genre : le gentil Mohammad Khatami, le « réformateur-qui-ne-réforme rien », versus le méchant Mahmoud Ahmadinejad) depuis plus de quinze ans pour faire croire aux occidentaux avides de trouver « des signes » d’ouverture et de modération, que ce régime serait en train de se réformer, pendant que ce dernier continue tranquillement son petit bout de chemin vers l’arme nucléaire, la destruction d’Israël, et la propagation du djihad mondial, au nom de l’islam dont il entend bien prendre le leadership au niveau mondial.

Autour de Khatami, le « réformateur » on trouve toute une clique d’ « opposants » dont un certain nombre, à l’extérieur, comme, p.e., l’inénarrable Shirin Ebadi (Prix « Statoil-Nobel » de la Paix) - qui ne cesse cessé de louer la révolution islamique, ses acquis et ses caciques, et de déclarer que l’islam est compatible avec la démocratie, et Abdolkarim Lahidji, le droitdelhommiste des mollahs, président de la ligue de défense des droits de l’homme en Iran (LDDHI) et vice-président de la Fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) – rien de moins ! – qui passe son temps à apporter sa caution au régime, à discréditer toute opposition qui voudrait le renverser, tout en disant que les choses ne vont pas si mal que ça pour les droits des gens en Iran, et qui va jusqu’à défendre des affaires (comme celle du viol et du meurtre de Ziba Kazemi) pour mieux les étouffer.

C’est ce dernier qui a recruté Satrapi, et la fait nommer comme ambassadrice des droits de l’homme pour la FIDH.

Une « ambassadrice » qui voit la laïcité comme une forme d’intégrisme anti-voile : une forme d’intolérance ! Et pour qui le port du voile s’inscrit dans le respect des droits universels de l’homme ! (homme au sens masculin, je présume !).

[J.M. Bellot] > Du seul fait de ce renversement de perspective, la situation politique en Iran n'était au mieux qu'un simple "élément de décor". En clair, je n'ai pas vu (et c'est peut-être là l'un des reproches les plus cuisants que vous pourrez faire à "Persepolis" et à Marjane Satrapi) la moindre intention politique dans le film.

[Naibed] > Justement ! c’est parce que c’est un décor « en creux » que ça passe peut-être inaperçu, mais ça n’empêche que le message subliminal passe très bien : L’Iran n’est pas un régime si terrible que ça, les femmes voilées ont une vie, ont des droits, les islamistes en Iran sont policés et n’ont rien à voir avec de frustes et barbares talibans (alors que, dans la réalité, la barbarie en Iran n’a rien à envier à ce qui se passait aux heures les plus sombres en Afghanistan), etc. Nulle trace des lapidations, des pendaisons d’opposants, d’homosexuels, etc., des décapitations et autres exécutions publiques, bref des horreurs qui jalonnent la vie quotidienne en Iran, et qui se sont banalisées depuis la fin du régime du Shah.

[J.M. Bellot] > Je me souviens avoir vu "Une journée particulière" d'Ettore Scola […] histoire d'amour improbable entre Sofia et Marcello n'avait pu avoir lieu que parce que tous les autres occupants de l'immeuble étaient allés acclamer le Duce en ville. Le contexte politique comptait donc ; il était là comme un décor.

[Naibed] > Ce que je dénonce, ce n’est pas l’absence d’engagement, le fait que Satrapi aurait fait un film non engagé, un film personnel, dont la république islamique ne serait qu’un décor. Je prétend – au contraire - que ce film *est* un film engagé. Un film engagé dans le *dédouanement* du régime des mollahs, des islamistes, sciemment confondu avec le reste de la population lorsqu’ils sont présentés comme étant civilisés, héritiers d’une civilisation et d’une culture perse prestigieuse (alors qu’ils sont en train de détruire méthodiquement celles-ci depuis près de trente ans), *et le négationnisme* en niant la réalité, et en minimisant la façon dont les droits de l’homme – et de la femme – sont ouvertement bafoués en Iran

[J.M. Bellot] > N'y a-t-il pas une grille de lecture de "Persepolis" qui s'arrête aux seules tribulations & péripéties d'une jeune fille iranienne de bonne famille ?

[Naibed] > Ah que c’est bien sûr. Imaginez un instant qu’elle ait fait un film sur l’adolescence d’un jeune juif en kippa et papillotes, sous le régime nazi, qui s’amusait e.a. à faire impunément des pieds de nez à un officier nazi pendant un défilé, et vivait – somme toute - une vie d’ado assez confortable et « pas si terrible que ça » en Allemagne pendant que le régime payait des vacances gratuites à ces coreligionnaires.

Vous avez, en gros, la transposition de « Persépolis ».

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.

Mes blogs professionnels

  • L'Art de Raconter
    ... ou comment la maîtrise des techniques de récit peut vous aider à améliorer significativement vos performances dans des domaines aussi divers que la vente, la communication aux employés, le taux de conversion en ligne...
  • Vendre !
    L'économie troque progressivement le "lourd" (hard) pour le "léger" (soft). Cette évolution impose une refonte de fond en comble des pratiques commerciales et marketing. A suivre de près...

juin 2019

dim. lun. mar. mer. jeu. ven. sam.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30            

Recherche...

  • Recherche limitée à ce blog

Bonnes tables à Paris

  • Dîner heureux dans la capitale
    Sur les "Chroniques du Plaisir", alias le blog de Thierry Richard, l'indispensable vademecum pour qui veut faire voyager ses papilles aux 4 coins du monde sans sortir de table.

Abonnez-vous

  • Pour être informé(e) dès que le contenu de ce blog est mis à jour...

Recevez une notification automatique

Emotions

  • Aiguilles, bas, et vous voilà sans dessus-dessous
    Sous la plume de Dominique, érotisme et poésie riment si bien ensemble.
  • Blog de littérature, art, photographie et poésie érotique
    Le boudoir de mademoiselle K. Erotique : tout simplement & très joliment.
  • Corps et âme
    Sous la plume d'Arthémisia, des poèmes, des tableaux, de la beauté... et une grande sensibilité.
  • Currenti Calamo (Italiano)
    Plongez dans une vision solaire du monde. Albert Camus aurait aimé, je crois.
  • Elseneur
    Are we "such stuff as dreams are made on" ? Is "our little life just rounded with a sleep" ? Pour les naufragés des tempêtes de la vie, les amoureux de Shakespeare en particulier et de la poésie en général.
  • Eric Lafforgue | Photographie
    Tour du monde de la diversité humaine : visages des quatre coins de la planète. Saisissant de beauté !
  • Gilles Jobin et ses Jobineries
    C'est ici que vous pourrez découvrir, parmi nombre de joyeusetés de tout poil, combien il peut y avoir de beauté dans le dialogue entre un professeur de mathématiques et un jeune enfant (rubrique "mathématiqueries").
  • Illustrations troublantes
    Marjolaine Larrivé est illustratrice. Avec un style bien à elle et un redoutable coup de crayon, elle donne un éclairage inattendu aux contes de notre enfance. Frais, érotique et jubilatoire.
  • Invitation au voyage
    Le regard de Bertrand porté sur le monde à partir de la vallée du paradis au Chili, Valparaiso.
  • La chambre noire de Gaëna
    Un appareil photo, une robe rouge et un onirisme d'une beauté troublante
  • Le Miroir de la Chouette
    Espiègleries outre-Atlantiques de Marie-Danièle. Surréalite et poétique à souhait.
  • Les mots croisés
    L'univers de Gaëna, toujours aussi onirique et délicieux, mais cette fois en mots et en chansons.
  • Momina - Rêveries d'art
    Digressions très personnelles autour d'un tableau. Beau, tout simplement.
  • Moon River (English)
    Pour vous laisser surprendre : un pied sur la terre ferme, mais la tête dans les nuages
  • Plaisirs de bouche
    A la table d'Anaik, aussi appelée "le confit c'est pas gras"... Quand la gastronomie s'allie à une écriture fine, c'est le plaisir qui est décuplé. A déguster sans modération, l'oeil pétillant et la papille en émoi.
  • Terres de femmes
    Le monde d'Angèle Paoli : vu à partir de l'île de Beauté, le monde n'en est que plus merveilleux.

Sur ma table de chevet

  • Mario Vargas Llosa: Tours et détours de la vilaine fille (ISBN 2-07-078083-X)
    Elle est l'archétype de la garce ; il est l'emblème du ballot. Pourtant, à eux deux, ils tissent une admirable histoire d'amour, sans la moindre mièvrerie ("huachaferia" en limésien, traduit en "cucuterie" dans le livre). (****)
  • W. Wilkie Collins: Quand la nuit tombe (ISBN 2-7529-0220-4)
    Anecdotes et expériences curieuses de la vie d'un artiste itinérant. 6 superbes nouvelles un rien empreintes de mystère écrites dans un style très pur par un contemporain de Charles Dickens. (***)
  • Javier Cercas: A la vitesse de la lumière (ISBN 2-7427-6276-0)
    Deux destins se croisent : un ancien du Vietnâm et un jeune maître-assistant espagnol partagent le même bureau au département de langues d'une université du mid-west. Le premier paraît terne. Pourtant, il a connu l'ivresse de la guerre façon Apocalyse Now. Le deuxième découvre la réussite à la sortie de son quatrième roman, avant de déchoir brutalement. A la croisée de leurs chemins, une rencontre improbable et un petit chef d'oeuvre. (****)
  • Andrea Camilleri: Le Roi Zosimo (ISBN 2-253-10911-8)

    Andrea Camilleri: Le Roi Zosimo (ISBN 2-253-10911-8)
    Avant de lire cet ouvrage truculent, baroque et un rien déjanté, je croyais que seule Barcelone en 1936 avait vécu un intermède d'an-archie. Agrigente aussi. C'était en 1718. (*****)

  • Nicole Krauss: L'histoire de l'amour (ISBN 2-07-077308-6)
    A New York, une jeune fille et un vieillard donnent un visage à une histoire d'amour, sur fond de diaspora. Entre eux : un prénom magique, Alma, et un livre prophétiquement appelé 'histoire de l'amour'. Superbe ! (*****)
  • Ryszard Kapuscinski: Mes Voyages avec Hérodote (ISBN 2-259-20252-7)
    Le grand reporter polonais nous fait découvrir la diversité du monde au travers de ses pérégrinations dans l'espace : Chine, Inde, Ethiopie, Algérie... Chemin faisant, il nous livre son expérience à la lueur du grand conflit Europe / Asie tel que relaté par Hérodote dans son "Enquête" monumentale. Voyage dans le temps et dans l'espace à la fois, avec moult mises en parallèle, anecdotes et digressions sur la diversité et la richesse du monde. Enthousiasmant ! (*****)
  • Michel Butor: La Modification (ISBN 2-7073-0312-7)
    L'ouvrage de référence du Nouveau Roman. Paris - Rome en train. Départ de Paris avec la ferme assurance de quitter femme & enfants pour refaire votre vie avec Cécile, votre maîtresse romaine ; arrivée à Roma Termini avec la certitude désespérée que rien ne changera. La modification : ce sont les tours & détours, les cheminements tortueux de votre esprit durant ce périple ferré, l'abandon final de votre projet d'origine. (***)
  • Erik Orsenna: Voyage aux pays du coton - Petit précis de mondialisation (ISBN 2-213-62527-1)
    Parcours aux 4 coins du monde (Mauritanie, Etats-Unis, Egypte, Ouzbekistan, Chine, France) autour d'une matière première -- le coton -- pour comprendre les mécaniques en oeuvre dans un processus "mondialisé" de longue date. Entre les tenants de la modification génétique (les brésiliens), les gardiens de la tradition (les égyptiens), les productivistes (ouzbeks), les protectionistes tournés vers le client(américains), les laissés-pour-compte (mauritaniens), les capitalistes anti-démocratiques (chinois), ce ne sont que fleurets mouchetés, trahisons & perfidies subtiles dans un climat d'interdépendance souriante. Une pérégrination admirablement racontée par Erik Orsenna. (*****)
  • Anne Nivat: Islamistes - Comment ils nous voient (ISBN 2-213-62862-9)
    Précieux : l'auteur se contente de relater ce qu'elle entend au fil de ses pérégrinations en Afghanistan, au Pakistan et en Iraq, de la bouche d'islamistes, c'est-à-dire de personnes obéissant aux préceptes du Coran. En s'éloignant délibérément du jugement et en accomplissant de la plus belle des manières son métier de grand reporter, Anne Nivat rend justice à la vérité. (****)

Filiations électives

  • french 2.0
  • Rédacteur Agoravox

Audience

  • Wikio - Top des blogs
Blog powered by Typepad
Membre depuis 10/2005